Caractéristiques des maisons BIOTEKNIK

Suivant notre postulat d’une maison passive, plusieurs principes constructifs simples peuvent être énoncés. Pour autant que leur mise en œuvre soit possible sur la parcelle, ceux-ci permettront d’augmenter le confort dans le futur logement :

• La construction s’étale dans un axe Est-Ouest

• Des espaces tampons sont aménagés au Nord

• Les ouvertures sont principalement situées au Sud, faisant bénéficier la maison des rayons du soleil bas l’hiver

• Un auvent ou autre dispositif évite la surchauffe l’été sur les vitres exposées au Sud

• La façade Nord est majoritairement fermée pour éviter les déperditions d’énergie. Si des ouvertures sont nécessaires, elles feront l’objet d’une isolation supplémentaire.

• Les ouvertures à l’Ouest sont évitées ou des arbres à feuilles caduques sont plantés à proximité pour éviter la surchauffe

• Des matières à forte inertie (brique monomur, pierre) sont placées dans la construction pour capter l’énergie solaire l’hiver

• Un puit canadien peut être installé pour faire bénéficier l’intérieur d’une maison d’air rafraîchi l’été ou d’air réchauffé l’hiver

La maison BIOTEKNIK® suit ce raisonnement et va plus loin.

[nice_alert]Soucieuse de respecter les standards et les DTU, la maison BIOTEKNIK® suit les DTU  de la construction en bois (DTU 31) pour l’ossature et ceux du béton (DTU 21) pour les fondations.[/nice_alert]

 

Un mur standard non-porteur

1.Un parement extérieur en enduit terre /sable/chaux épaisseur 10 mm ou enduit hydraulique ou bardage bois sur ossature secondaire (dans le cas du bardage un pare pluie sera ajouté).

2.Un gobetis / barbotine sous-couche accrochage épaisseur 20 mm

3.Un complexe isolant largeur 350 mm

4.Des poteaux 45 x 100 de positionnement du complexe isolant BIOTEKNIK®

5.Un pare-vapeur

6.Un contreventement panneau OSB/3 épaisseur 12 mm

7.Parement intérieur (ex : Fermacell épaisseur 12,5 mm)  ou  un enduit terre

 

L’ossature extérieure est du type poteaux poutres.(Respect du DTU31)

Les planchers et le toit sont constitués de poutres/ chevrons en I permettant la pose du complexe isolant.

• Les panneaux en lamellés collés peuvent se substituer à l’ossature en I des planchers permettant ainsi un aménagement facilité de l’étage supprimant ainsi les murs porteurs intermédiaires.

• Le mur central de la maison sera constitué de brique monomur afin de combiner son inertie thermique avec un chauffage biomasse.

• Les cloisons intérieures pourront être réalisées en panneaux contrecollés ou en cloison sèche standard (placoplâtre, Fermacell, OSB).

•Les planchers peuvent être réalisés en panneaux lamellés collés et se substituer à l’ossature en I permettant ainsi un aménagement plus facile de l’étage supprimant ainsi les murs porteurs intermédiaires. Différentes solutions techniques (plancher sur lambourde, chape, solution sèche…) peuvent être utilisées pour une isolation phonique performante.

• La charpente sera réalisée en poutres en I, en charpente traditionnelle (avec 2 chevrons l’un sur l’autre ou en lamellé collé pour respecter la hauteur du complexe BIOTEKNIK®.

La construction dans son ensemble sera érigée sur une dalle béton et/ou vide sanitaire.

Côté extérieur, la structure laisse la possibilité de réaliser tout type de finition : les façades pourront présenter un enduit hydraulique, un parement brique ou pierre ou… un bardage bois.

Un revêtement extérieur en enduit terre permettra de réaliser une barrière à forte inertie pour la chaleur tout en laissant respirer le complexe isolant (méthode plus efficace du point de vue de la perspirabilité).

Côté intérieur, chaque face de chaque panneau du contreventement peut être réalisée dans différentes finitions :

• Qualité industrielle lorsqu’un doublage est prévu ou pour la réalisation d’un endroit peu visité (ex : garage)

• Qualité visible pour profiter de l’aspect du bois

• Enduit terre, Fermacell ou autre pour une finition plus standard

Pour présenter un aspect plus classique, faciliter le passage des fluides ou répondre aux normes incendies les plus exigeantes, les panneaux peuvent être facilement doublés par des plaques de différentes épaisseurs en placoplâtre, Fermacell ou autre.

Afin de rester dans l’esprit de sécurité de la maison les passages électriques seront véhiculés dans des rails métalliques raccordés à la terre.

Ces rails ont une triple fonction :

• Isoler galvaniquement les habitants de la maison de tout rayonnement propagé par l’installation électrique

• Isoler les câbles électriques de tout contact avec le complexe isolant afin d’éviter les feux rampants

• Regrouper les câblages électriques dans le même passage

Lire la suite »

Est-il possible de placer sa maison où l’on veut sur un terrain constructible ?

La réponse n’est pas si facile que cela.

En premier lieu interviennent les règles d’urbanisme qui obligent souvent de respecter des distances par rapport aux terrains voisins (limites séparatives), de l’ordre de 4 m, ou de devoir laisser vacante une partie de votre future façade libre en prévision de l’élargissement de la rue (parcelle frappée d’alignement).

Préalablement à l’achat du terrain, vous devez obtenir, auprès de la mairie, un certificat d’urbanisme afin de connaître ces différentes dispositions.

Par exemple, un terrain en bordure d’un petit vallon ou d’un ruisseau. Il est assez pentu en partie haute et plutôt plat vers le cours d’eau. En bas, la plate-forme naturelle d’une quinzaine de mètres de largeur paraît idéale pour bâtir.

Or, il est fortement possible que les berges du ru soient peu propices en raison d’un risque d’inondation ou bien à cause de la présence d’eau dans sol. Dans ce cas il serait recommandé de construire plus haut, dans la pente. Cela modifierait considérablement les possibilités et surtout le coût de la construction.

…Du point de vue technique

Dans tous cas il y a une solution. Le problème comme souvent c’est le budget accordé pour entrer dans une situation constructible optimale.

Il peut varier de 10 000 à 100 000 euros !). Rassurez vous avant de passer par l’étude de sol, renseignez vous auprès du voisinage pour connaître la nature des terrains avoisinants le votre. Cela vous permettra de ne pas vous lancer dans une dépense peut être inutile car dissuasive par son prix.

La qualité du sous-sol est aussi à prendre en compte.

En temps que Maître d’Ouvrage (et oui c’est comme cela que ce nomme l’acheteur) vous devez mandater une société qui n’est pas dans la plupart des cas la même que celle qui construira la maison ou alors le constructeur vous demandera de toute façon de la financer.

Suivant le type de terrain le coût n’est pas indolore !!!

Même si le terrain est pourri il y a toujours des solutions constructives.

Dans certains cas comme pour les immeubles on a recours à des pieux d’une longueur moyenne de 18 mètres.

Une autre chose un terrain sableux n’est pas un mauvais terrain, loin s’en faut. C’est même un terrain souvent plus propice à une construction par rapport aux marnes granuleuses constituées de gravats d’autres constructions donc n’ayant pas un coefficient de pénétration égale sur toute la surface et la profondeur !!

Toutes ces informations peuvent être décisives pour choisir le terrain. Une parcelle peu chère deviendrait indirectement hors de prix si des fondations spéciales étaient requises pour édifier un pavillon.

Une fois que le terrain sera acquis, ou lors du compromis si l’on nourrit vraiment des doutes suite à l’enquête de voisinage, l’approche technique devra être confiée à un bureau d’études de sols…

Lire la suite »